La halle d’athlétisme Stéphane Diagana à Lyon, inaugurée en novembre 2012, est l’un des équipements majeurs du projet de renouvellement urbain du quartier de La Duchère et l’un des plus grands équipements couverts pour l’athlétisme situés dans le quart sud-est de la France. Outre l’organisation de compétitions, il a également permis de développer la pratique sur le territoire lyonnais.

En 2012, ce projet visait à accueillir tous types de pratiquants en répondant à un double objectif : améliorer les conditions de pratiques des utilisateurs quotidiens que sont les clubs et les scolaires, mais également proposer un lieu de référence pour l’athlétisme sur le territoire afin, notamment, de recevoir des sportifs et des compétitions de haut-niveau. “De plus, la construction de cet équipement sportif structurant constituait un puissant levier de valorisation de tout le travail entrepris dans le cadre du grand projet de ville, particulièrement pour donner une image dynamique et positive de ce Quartier prioritaire de la Politique de la Ville (QPV) qu’est La Duchère” ajoute François Patris, directeur des sports de la Ville de Lyon.

Une capacité d’accueil augmentée
Conçue par l’agence Chabanne, l’architecture du bâtiment est singulière, avec une seule peau qui s’enroule et englobe l’ensemble des façades du bâtiment, créant une continuité de volume et de couleurs. Une charpente métallique libère les espaces intérieurs de tout point porteur. Le plateau de 6 400 m2 est couvert par des poutres tridimensionnelles de 68 m de portée. Le niveau de l’édifice est simple : le premier niveau comprend le plateau sportif et le second est celui du public et des tribunes.
La structure est composée d’une piste circulaire de 200 m de long (6 couloirs), d’une piste de sprint de 60 m (8 couloirs) et de divers ateliers pour le saut (longueur, hauteur et perche) et de lancer (poids). En termes d’équipements annexes, elle comprend une salle d’échauffement de 640 m2, une salle de musculation de 130 m2, des vestiaires, un sauna, des bureaux (notamment pour le comité départemental d’athlétisme) et une salle de réunion.

A l’origine, la capacité d’accueil était de 2 000 places pour les compétitions d’athlétisme. Par la suite, nous avons demandé que la structure soit classée pour éventuellement recevoir les championnats d’athlétisme élite. Il a donc fallu augmenter la capacité d’accueil à 3 200 places : pour cela, nous avons utilisé la place disponible sur la terrasse qui surplombe l’anneau pour intégrer des places debout” explique le directeur des sports. Grâce à un système de tribunes provisoires (qui sera mis en place par une société spécialisée le cas échéant) la jauge d’accueil maximale peut atteindre 4 000 personnes pour toutes les manifestations.

Recevoir des publics variés : un objectif atteint
L’objectif initial de faire cohabiter tout type de pratiquants dans cette halle d’athlétisme est largement atteint. Au quotidien, la structure peut recevoir jusqu’à 6 classes de manière simultanée, soit 160 enfants. Plusieurs écoles effectuent un cycle d’athlétisme chaque année et le lycée à proximité a même créé une section spécialisée. Bien évidemment, le club d’athlétisme de Lyon fréquente également le site en ayant une annexe de son siège sur place, tout comme le comité départemental (représentant 35 clubs). Alors qu’en 2013, les utilisateurs scolaires et club représentaient 24 000 personnes, le chiffre étaient de 29 000 en 2018. Par ailleurs, la halle d’athlétisme accueille, chaque année environ, 80 journées dédiées à des événements divers : compétitions d’athlétisme (40 j), stages et formations (20 j), compétitions scolaires (10 j) et sportives ou réceptions diverses (15 j). Au total, en 2013 la réception de ces manifestations représentait 23 000 personnes contre 27 000 en 2018.

En termes de tarif, la location coûte 2 000 euros TTC/jour pour une pratique professionnelle ou un spectacle (sans compter le coût du montage, démontage, entraînement ou répétition de 1 000 euros TTC/jour) et 600 euros TTC/jour pour une pratique associative (sans compter le coût du montage, démontage, entraînement ou répétition
de 300 euros TTC/jour).

La gestion et l’entretien de la halle
Le site est géré en régie par le service des sports et les services techniques : “cette halle et les autres équipements sportifs du quartier de La Duchère (un terrain de football, une piste d’athlétisme extérieure et un terrain de proximité) sont gérés par une équipe de sept agents dont un responsable. Ils interviennent deux fois par semaine pour l’entretien régulier (balayage…) et une fois par semaine avec l’autolaveuse pendant les périodes de compétitions intenses ou de pics d’activité. Le coût de fonctionnement annuel est d’environ 450 000 euros” indique François Patris. Par ailleurs, l’organisateur d’un événement peut avoir recours au service logistique de la Ville (la direction logistique garage et festivités) qui abonde en fonction du matériel demandé : tapis, barrières, podium….
En 2015, la halle faisait partie des quatre sites ayant accueilli les 21e championnats du monde vétérans d’athlétisme (environ 8 000 participants). L’objectif est de recevoir d’autres événements nationaux ou internationaux de ce type en fonction de la politique sportive qui sera mise en place après les élections municipales.

55 % des besoins énergétiques couverts par des énergies renouvelables
D’un point de vue environnemental, la halle d’athlétisme dispose de 926 m2 de panneaux photovoltaïques permettant de couvrir environ 40 % de la consommation d’électricité. De plus, l’utilisation d’une VMC double flux, optimisant l’utilisation de l’air chauffé, et le réseau de chaleur urbain (biomasse) complète le dispositif pour atteindre 55 % des besoins énergétiques.

Halle d’athlétisme : comment réussir une utilisation multi-usages ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *