Construit en 1930 et propriété de la Ville depuis 1990, l’hippodrome Serge Charles de Marcq-en-Barœul (59) s’étend sur plus de 30 hectares de verdure au cœur de la métropole lilloise. Véritable lieu de vie et poumon vert de la commune, il fait partie des équipements sportifs structurants de la Métropole. Présentation.

Parmi les nombreux équipements sportifs de Marcq-en-Baroeul, l’hippodrome est sans nul doute le plus historique : inauguré en 1931, il a d’abord accueilli des courses hippiques et de lévriers, mais également une étape du Tour de France ou encore le discours refondateur du Général de Gaulle en 1947 devant 50 000 personnes. Plusieurs décennies plus tard, en 1990, alors que les propriétaires souhaitaient vendre le site à un promoteur immobilier, Serge Charles, député-maire de Marcq-en-Baroeul, décide de préempter et d’acquérir le site.

D’importants travaux en 2010 pour rayonner au-delà de la métropole
Après avoir rénové la totalité des bâtiments et des écuries en 1995, ainsi que l’éclairage en 2000, les travaux les plus importants ont eu lieu en 2010, comme l’indique Didier Ellart, adjoint au sport de Marcq-en-Baroeul et Vice-Président l’ANDES (Association Nationale des Elus en charge du Sport): “afin d’accueillir en octobre 2010 le Grand Prix de l’Union Européenne de Trot, nous avons entrepris une rénovation d’envergure pour 3,4 millions d’euros TTC, financés aux deux tiers par la Ville : réfection des locaux administratifs, des vestiaires des jockeys, du local des juges, construction d’une salle de presse, mise en accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, augmentation de la capacité du restaurant panoramique et de la brasserie (400 couverts au total)”.

Grâce aux travaux, l’hippodrome demeure le site de courses le plus important au Nord de Paris : 225 épreuves de trot attelé et de galop, réparties sur 36 réunions animent le site chaque année et en font l’un des 10 hippodromes les plus actifs de France. De plus, il accueille également d’autres manifestations (forums, expositions, séminaires, spectacles…) grâce à 1 100 m² d’espaces intérieurs modulables pouvant accueillir jusqu’à 1 200 personnes. De plus, deux salles adjacentes de plus petites capacités, le bar “Champagne” (144 m²) et le bar “Thé” (94 m²), complètent cet ensemble pour les réunions d’entreprises et cocktails.

Cet écrin de verdure est  devenu un équipement polyvalent, bénéficiant d’une situation privilégiée au centre de l’agglomération lilloise et rayonnant au-delà de la ville et de la métropole, notamment en attirant un public belge” ajoute l’élu.

Deux pistes et divers autres équipements sportifs
L’hippodrome est composé d’une tribune d’une capacité de 1 000 personnes et de deux pistes : une extérieure en cendrée (pour le trot) de 1 665 m de long dont 380 m de ligne d’arrivée, et une piste intérieure en gazon naturel (pour le galop) de 1 500 m dont 350 m de ligne d’arrivée. Le site dispose également d’une carrière et est situé juste à côté du centre équestre régional.

Par ailleurs, au fil des années, la collectivité a également construit d’autres équipements sportifs sur le même site : un golf 9 trous, deux terrains de rugby et un de football, tous en gazon naturel. Ces structures sportives sont en accès libre mais surveillées par le gardien présent sur le site. Elles ne sont pas accessibles lors des réunions hippiques. Les principaux utilisateurs de ce parc urbain sont les scolaires, le club de football (830 licenciés), celui de rugby (environ 650 licenciés), mais également les joggeurs et les promeneurs.

La gestion du site
Le site est loué par le biais d’une Autorisation d’Occupation Temporaire (AOT) du domaine public : les pistes et les espaces hippiques à la Société des Courses du Croisé-Laroche et le golf à l’association locale Golf des Flandres (330 licenciés avec une école de golf de 50 jeunes). Le restaurant, quant à lui, fait l’objet d’une Délégation de Service Public (DSP) avec une société spécialisée. Pour la Ville, le budget est équilibré : les 400 000 euros de recettes annuelles viennent compenser les 300 000 euros de dépenses de fonctionnement (fluides, gardien…) et les 100 000 euros d’investissement chaque année (travaux divers).

L’entretien
Les opérations d’entretien classiques des terrains de grand jeu sont directement effectuées par les services de la Ville et par l’association pour le golf de 9 trous. Il en va de même pour les deux pistes, gérées en direct par les 4 personnes de la Société des Courses du Croisé-Laroche. Gérard Louf, le directeur, décrit les opérations d’entretien pour la piste en gazon naturel : “elle ne sert qu’une petite dizaine de fois par an, mais est utilisée à chaque fois de manière intensive. A la fin de chaque réunion, les dégâts sont donc souvent importants : il est nécessaire de remettre les mottes en place, de manière manuelle ou mécanique, mais également effectuer un semis manuel (mélange de terre, sable et graines) pour les endroits non récupérables afin de conserver une bonne densité et homogénéité de la pelouse. En outre, la tonte est réalisée à 12 cm à une fréquence variable entre 1 fois par semaine et 2 fois toutes les trois semaines, à l’aide d’une tondeuse broyeur à axe horizontal. Il faut compter une bonne demi-journée pour chaque tonte. L’arrosage dépend des dates des courses : il faut un sol souple afin qu’il ne soit pas traumatisant pour les chevaux. Ainsi, la pluviométrie apportée par les arrosages peut atteindre 60 mm selon les conditions de terrain. Les arrosages ont lieu quelques jours avant les courses”.

A l’image des terrains de grand jeu, d’autres opérations sont nécessaires chaque année :
une à deux fois par an (fin de printemps et fin d’été), nous ajoutons 30 g/m2 de semences (Ray-grass le plus souvent pour que le gazon redémarre rapidement), notamment à la corde qui est la partie la plus abîmée. Nous réalisons également une opération de décompactage et d’aération de la surface chaque année à l’aide d’un vertidrain. Enfin, tous les deux ans, nous ajoutons environ 500 tonnes de sable (soit 7 à 8 mm d’épaisseur) sur l’ensemble de la piste”.

Prochainement, le système de drainage de la piste va être rénové : 600 m de drains en épis (tous les 3 m) vont être installés afin d’obtenir un sol un peu plus sec.

Hippodrome de Marcq-en-Barœul : un véritable lieu de vie pour le territoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *