Comme le nombre de préconisations formulées par le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE).

Pour le CESE, l’économie du sport doit repenser ses modèles et faire évoluer ses pratiques. Il propose notamment la création d’un « 1 % sport » dans le cadre du financement des opérations relevant de l’ANRU, sur le modèle du « 1 % culturel », pour implanter des équipements dans les quartiers prioritaires de la ville. En outre, le CESE préconise aussi de trouver le bon équilibre entre financements publics et privés : plus l’activité devient marchande et relève d’une logique de marché, plus les financements privés doivent être majoritaires, voire exclusifs. Enfin, pour permettre aux clubs d’enrichir leur offre par des prestations marchandes, le CESE propose d’autoriser le statut de société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) pour les clubs professionnels et d’inciter les fédérations, ainsi que les clubs qui le souhaitent, à adopter ce statut.

Le chiffre 11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *