La Ville et le Grand Montauban investissent afin d’offrir des infrastructures modernes et de qualité pour développer le sport de haut niveau et mettre la pratique sportive à la portée du plus grand nombre. Après les travaux du complexe Georges Pompidou, le stade de Bagatelle a subi un important lifting, avec notamment la création d’un terrain en substrat élaboré.

La Ville de Montauban (82), plus de 60 000 habitants, compte 13 sites sportifs avec un total de 28 terrains de grand jeu dont 2 en gazon synthétique. Jusqu’à présent, le stade de Bagatelle disposait de deux terrains en gazon naturel pour le rugby. “La hausse des effectifs du Racing Club Montalbanais (environ 300 licenciés dont une école de rugby) dont l’équipe 1 évolue en Fédérale 3 fait que le site manquait de terrain. Les élus ont donc décidé d’en construire un supplémentaire et d’en profiter pour améliorer les conditions d’accueil du site pour les supporters” argumente Xavier Xiberras, directeur des sports de Montauban.

Un terrain en substrat élaboré
Pour ce nouveau terrain en gazon naturel, le choix s’est rapidement orienté vers un substrat élaboré, comme l’explique le directeur des sports : “Ce procédé permet d’accueillir un volume d’heures d’utilisation estimé entre 18 et 20 heures par semaine, le tout dans de bonnes conditions durant toute l’année, contre 8 (l’hiver) à 12h (l’été) pour un terrain engazonné classique. C’est vraiment l’argument qui a fait la différence”. La société Art-Dan, en charge des travaux, a commencé en mai 2018 par un décapage de la terre végétale sur 40 cm, avant de préparer le fond de forme (contrôlé par un laboratoire extérieur) : terrassement, nivellement, compactage…

De manière classique, le réseau de drainage est composé de deux types de drains, de diamètres 65 et 160 mm (drains collecteurs). Après la pose d’un géotextile (de 250 g/md’épaisseur), un empierrement a été réalisé sur 25 cm avant d’installer une couche drainante de grave 0/20 sur 15 cm, le tout afin d’obtenir une structure porteuse et drainante. Le substrat élaboré est un mélange de sable de rivière extrait de la Durance (15 cm d’épaisseur) avec un amendement organique de matières 100 %
naturelles. Ce mélange ayant été réalisé sur place par la société. Enfin, le gazon semé est l’Eurosport Jeux de l’entreprise Top Green : un mélange composé de 80 % de fétuque élevée (40 % de deux variétés) et 20 % de ray-grass anglais 4turf. C’est un gazon très résistant au piétinement, donc particulièrement adapté à la pratique du rugby, mais également à la sécheresse.
Le terrain dispose d’un éclairage avec 4 mâts de 22 m de haut, équipé chacun de 5 projecteurs Optivision MVP 507 à iodure (de la marque Philips) d’une puissance unitaire de 2 119 watts. De plus, au niveau de l’arrosage, 40 arroseurs 8500 (90 et 360°) de Rain Bird ont été installés sur 8 lignes. Enfin, la zone de jeu est entourée d’une main-courante, d’un filet pare-ballon et nous avons également fait installer des abris de touche” complète Xavier Xiberras.

Le terrain sera géré en régie
Etant donné que c’est le premier terrain en substrat élaboré de la Ville, les agents du service des espaces verts, en charge de l’entretien des terrains de grand jeu, ont été formés par Art-Dan. “La grande différence concerne la tonte qui doit être réalisée par une tondeuse hélicoïdale à main afin de ne pas endommager la surface sportive. Nous en avons donc acheté une, ainsi qu’une décapeuse et un semoir pour le regarnissage, pour un total d’environ 100 000 euros TTC. Concernant la fertilisation, il y aura
6 passages lors de la première année puis 4 par an. En termes de quantité, il faut compter 3 unités d’azote pour une de phosphore et une de potassium
” indique le directeur des sports.

La construction d’un bâtiment modulaire et d’un parking
En complément du nouveau terrain, la Ville en a profité pour construire plusieurs équipements annexes en structure modulaire, dont une tribune avec une couverture métallique pouvant accueillir 600 places, une buvette de 16 m2, un espace billetterie de 12 m2 et des sanitaires (48 m2). Commencés en mai 2018, les travaux devraient être terminés fin janvier 2019. De plus, un parking de 98 places (dont 3 PMR), avec deux zones pour les bus, a été réalisé.

 

Montauban investit dans un terrain avec un substrat élaboré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *