Accompagnée par CRR Architecture, la Ville de Beaucouzé (49), environ 5 100 habitants, a relevé le défi de construire un complexe sportif, appelé Sport’Co, particulièrement performant d’un point de vue technique et économique.

Commune dynamique, Beaucouzé est très bien équipée en termes d’infrastructures, notamment sportives : un complexe sportif avec plusieurs salles et un terrain en gazon synthétique, un skatepark ou encore un city stade. Toutefois, les élus ont souhaité construire un second complexe sportif, principalement pour proposer aux sportifs locaux une structure pouvant accueillir des compétitions de niveau régional, notamment avec une jauge d’accueil plus importante pour les spectateurs (seulement 150 dans l’équipement déjà existant). “Au niveau de l’emplacement, il a été décidé de le construire sur le site de La Haye accueillant une maison des jeunes et surtout le centre aqualudique intercommunal Couzé’O ouvert depuis 5 ans” précise André Bonnaud, adjoint aux sports de Beaucouzé.

Une surface totale de prèsde 4 200 m2
Le complexe Sport’Co dispose de trois salles pour les sports collectifs. La première est une salle multisports de 1 200 m2 avec une tribune de 500 places assises qui accueille principalement les compétitions. La seconde est une salle de basket-ball de 34 x 25 m, avec une hauteur de 7 m et une tribune escamotable de 120 places, afin de pouvoir utiliser les terrains de basket-ball sur la largeur. Cet espace sert aussi pour des entraînements de handball. Enfin, la dernière salle, d’une surface de 800 m2 et d’une hauteur de 9 m, est dédiée à la pratique du badminton. Au niveau du sol sportif, les trois espaces disposent du Lumaflex Duo Linosport xf²™ de la société Tarkett : un revêtement de sol sportif surfacique, composé d’une sous-construction en contreplaqué et d’un revêtement linoléum Linosport xf²™ de 3,2 mm d’épaisseur. Idéal pour les manifestations sportives, il peut aussi accueillir des événements extra-sportifs, sans besoin de protection des sols. Son revêtement en linoléum est extrêmement résistant à l’usure, au poinçonnement et aux charges lourdes. “De plus, les trois salles sont équipées d’un éclairage led ; une cinquantaine de néons chacune pour trois niveaux d’éclairage : 100 lux pour les interventions techniques, 300 lux pour les entraînements et 500 lux pour la compétition” ajoute André Bonnaud.

Par ailleurs, le complexe sportif comprend 10 vestiaires pour les joueurs (de 23 m2 chacun), 3 pour les arbitres (10 m2 chacun) et 2 pour le personnel (7 m2 chacun), ainsi qu’un bureau de 15 m2 pour les éducateurs, une salle de réunion, une salle de rangement de 40 m2 dans chacune des salles sportives, 80 m2 de rangement sous les tribunes et un hall d’entrée avec un bar servant d’espace d’accueil après les matchs.

Un bâtiment à “énergie positive
La principale particularité de cet équipement, doté d’une structure en bois, concerne sa performance énergétique :
en effet, 100 % des consommations renouvelables et non renouvelables de ce bâtiment vont pouvoir être compensées par une production photovoltaïque, grâce à environ 1 600 m2 de panneaux en cours d’installation. “Le caractère innovant de ce bâtiment réside, également, dans le principe de fonctionnement de la ventilation : de type double flux avec récupération à très haut rendement, elle sera pilotée en fonction de l’occupation des salles. En été, la température des locaux sera ajustée en utilisant les frigories de l’air extérieur par l’intermédiaire d’ouvrants de ventilation naturelle. Cette dernière entraîne l’arrêt des systèmes de ventilation actifs consommateurs d’énergie. Pour l’hiver, des capteurs solaires à air permettront de préchauffer l’air injecté dans les systèmes de ventilation, même dans le cas de faible rayonnement solaire” décrivent les architectes et ingénieurs à l’origine du projet.

De plus, une gestion technique du bâtiment permet de piloter et comptabiliser les consommations et la maintenance des installations. La consommation d’énergie primaire annuelle devrait être d’environ 81 kWhep/m2 shon et sera compensée par la production des panneaux photovoltaïques.

La gestion de ce site
Comme tous les autres bâtiments de la commune, Sport’Co est entretenu en régie, comme l’indique l’adjoint aux sports :
de manière générale, les associations trouvent que c’est toujours mieux entretenu lorsque c’est effectué en régie. De plus, nous sommes plus réactifs en cas de problème. Ainsi, nous avons investi dans une autolaveuse et une balayeuse pour un coût d’environ
40 000 euros TTC. Deux personnes interviennent 3 à 4 heures chacune au quotidien, ainsi qu’un agent technique en cas de soucis
”. En outre, afin de simplifier le fonctionnement du site et optimiser les coûts de gestion, la Ville a investi dans le logiciel Booky de la société Bodet Software. Ce dernier permet de gérer les ouvertures, le chauffage, l’éclairage et les fermetures en fonction des réservations. De plus, le système, fonctionnant avec des badges, permet d’ouvrir simplement les portes des espaces (salles, vestiaires…) auxquels ont accès les utilisateurs du créneau horaire. “L’investissement a été d’environ 20 000 euros TTC pour le logiciel et la même somme pour acheter des portes avec des serrures spécifiques” complète André Bonnaud. Depuis le mois de mars, les principaux utilisateurs sont les trois clubs de sports collectifs de la Ville (soit environ 450 licenciés). Toutefois, dans quelques mois, de nombreux scolaires fréquenteront cet établissement lorsque la construction de la nouvelle école à proximité sera terminée.

Optimiser les consommations grâce à un bâtiment à énergie positive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *