Le terrain d’entraînement de l’AC Ajaccio sur lequel a été réalisé un semis de regarnissage croisé, après une scarification profonde.

Pour les gazons sportifs, le regarnissage est une opération planifiée tout au long de l’année. Toutefois, la période automnale et hivernale est essentielle afin que la surface soit de qualité jusqu’au printemps.

Les contraintes imposées aux gazons sportifs (piétinements intensifs, conditions climatiques, attaques parasitaires…) engendrent une détérioration du tapis végétal. Des opérations régulières de semis de regarnissage sont donc indispensables pour assurer le maintien de la pelouse sportive. S’il est aujourd’hui possible de resemer tout au long de l’année, les périodes les plus propices sont sans aucun doute le printemps et l’automne. C’est en effet à des températures raisonnables et tempérées que la graine a le plus de facilité pour lever, source d’un engazonnement de bonne qualité. « La période de septembre à la mi-novembre est une période très importante pour une plante : c’est le moment où elle doit emmagasiner des réserves jusqu’à ce qu’elle se mette en dormance et arrête donc de se développer. Ainsi, outre l’entretien mécanique, la fertilisation est une opération essentielle à cette période. Sans regarnissage, le terrain va se déformer, se dégarnir à cause de l’apparition du pâturin annuel et va ainsi devenir impraticable et sujet aux maladies » explique Michel Gaudillière, directeur commercial et marketing de la division gazon professionnel de Barenbrug. « Il est préférable de réaliser un regarnissage en automne plutôt qu’en plein été sous de fortes chaleurs. De plus, le regarnissage de début d’automne permet d’anticiper les périodes de fortes dégradations alors que les matchs sont très nombreux » ajoute Thierry Girault, responsable technique espaces Verts d’ICL Group.

Barenbrug commercialise le RPR : un ray-grass anglais auto-regarnissant proposant une très bonne robustesse tout en conservant
la rapidité de rétablissement du ray-grass anglais classique.

Les solutions jusqu’à fin octobre

Il est important d’utiliser des variétés de premier ordre, capables de s’établir rapidement. La plupart du temps, le regarnissage classique, jusqu’à la période hivernale, fin octobre environ, consiste à mélanger trois ray-grass, du fait notamment de leur agressivité vis-à-vis des autres espèces. Cette solution permet une implantation rapide, elle restaure la densité et la tolérance au piétinement du gazon et agit en profondeur pour une efficacité sur la durée. « Chez Barenbrug, nous commercialisons le RPR : un ray-grass anglais auto-regarnissant qui forme des pseudo-stolons, à la base de chaque plante, constituant un réseau très important de plantules pratiquement indestructible. Il propose une très bonne robustesse tout en conservant la rapidité de rétablissement du ray-grass anglais classique. Un sursemis régulier permet de redonner leur robustesse et leur esthétique aux terrains endommagés. Il peut être utilisé jusqu’à mi-octobre ou fin octobre. Selon les besoins, il est possible de semer entre 15 et 35 g/m2«  présente Michel Gaudillière.
Pour la ré-introduction de fétuque élevée ou de pâturin des prés, La Maison des Gazons propose la pré-germination avec la solution Pregerm permettant d’accélérer l’implantation de ces deux espèces lentes, donc de gommer la différence de vitesse d’implantation par rapport à un ray-grass anglais par exemple. « Placée dans des conditions favorables, la semence initie sa croissance à l’intérieur de l’enveloppe. Au retour à des conditions normales d’humidité et de température, le processus de germination est stoppé avant que le germe ne perce l’enveloppe. Ainsi dès le semis, la germination redémarrera immédiatement là où on l’a stoppée. Elle sera plus rapide et plus homogène, ne laissant donc pas de place aux espèces indésirables » précise Hélène Wibaux, responsable marketing de La Maison des Gazons.

Les opérations avant et après le semis

Avant un regarnissage mécanique, il est important d’aérer le terrain afin que le drainage soit optimal, mais également d’enlever l’herbe morte (feutre) afin d’augmenter le taux de réussite du regarnissage. Néanmoins, il faut faire attention à ne pas réaliser trop d’opérations mécaniques en hiver afin d’éviter que le froid pénètre dans le sol. Après le semis, il est conseillé de rouler la surface et d’éventuellement apporter de l’engrais selon les besoins de la plante.

Regarnissage réalisé avec la solution Proselect Speed Germ d’ICL : un mélange spécialement élaboré pour les regarnissages hivernaux grâce à sa germination à basse température.

Les regarnissages en période hivernale

Les terrains sont de plus en plus sollicités et souffrent profondément en période hivernale. C’est pourquoi, il existe des solutions de regarnissage en conditions froides. Des variétés de ray-grass anglais germent à basse température comme la graminée Super Over Seeding appelé « SOS » de Barenbrug : « Composée de ray-grass anglais diploïde (50 %), apportant finesse et densité, et de ray grass multiflorum (50 %), elle germe à partir de 4°C et est installée après 15 et 30 jours selon la température, soit entre 15 et 20 jours de moins par rapport à une solution classique » argumente Michel Gaudillière. Afin de garder un terrain de qualité, il est nécessaire de regarnir à raison de 35 à 45 g/m2.
Par ailleurs, il existe aussi la solution Proselect Speed Germ d’ICL : un mélange spécialement élaboré pour les regarnissages hivernaux grâce à sa germination à basse température (dès 3°C). « Nous avons fait le choix de créer un mélange 100 % ray-grass anglais conventionnel, contenant des variétés spécialement sélectionnées pour des utilisations à ces périodes. Ces cultivars de RGA sont pérennes, ils assurent une excellente résistance au piétinement. ProSelect Speed Germ est traité avec un procédé unique, appelé ZipSeed, pour optimiser sa vitesse d’installation. C’est un traitement de semence à base de zinc, magnésium, acides humiques et acides aminés favorisant une meilleure implantation, une germination rapide, mais également une installation plus homogène, composé de plants vigoureux avec davantage de chevelu racinaire. Les graminées seront ainsi plus résistantes aux conditions hivernales » précise Thierry Girault. Il est recommandé de semer 25 à 30 g/m2.
Enfin, La Maison des Gazons propose le mélange MDG RCF (Regarnissage Conditions Froides), composé de 40 % de ray-grass tétraploïde, une nouvelle génération de ray-grass anglais très tolérant au stress et au piétinement, 40 % de ray-grass westerworld et 20 % de pâturin commun. « C’est un mélange qui s’installe rapidement, dès 3°C température du sol, disposant d’une excellente tolérance au froid et à l’humidité. Selon l’état du terrain et la période de regarnissage, nous conseillons de semer entre 15 et 35 g/m2. Bien évidemment, plus les terrains sont abîmés plus la dose est importante afin de les redensifier de manière rapide » décrit Hélène Wibaux.

Les re-semis manuel d’après match

Par ailleurs, lors des opérations d’après match, pour les zones dégradées comme les surfaces de réparation ou le rond central, il est nécessaire de réaliser des re-semis manuels. Pour la période automnale et hivernale, si le mélange MDG RCF est utilisable pour ce type d’opération, de son côté, Barenbrug propose le SOS Patch, composé de 40 % de semences (ray-grass anglais et ray-grass multiflorum), 15 % d’engrais organique et 45 % de coco. L’engrais organique, associé à un stimulateur racinaire, favorise une accroche forte et rapide au substrat. De son côté, le support de culture à base de coco maintient l’humidité et favorise la germination.

 

S’abonner à Terrains de Sports

 

Regarnissage d’automne  : quelles solutions pour votre gazon ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *