La 13e édition du Trail des Balcons d’Azur se déroulera cette année les 27 et 28 avril au départ de Mandelieu-la-Napoule. Cette course qui est limitée à 1 200 participants au cœur du Massif de l’Estérel, s’inscrit dans la stratégie de développement des sports de pleine nature menée par le territoire.

Plus grande course de trail de la région, le Trail des Balcons d’Azur s’est imposé depuis 13 ans comme une référence pour tous les amateurs de ce type de challenge sportif. Il faut dire que la course a pour théâtre de jeu le magnifique Parc départemental de l’Estérel. Pendant deux jours, quatre courses à pied balisées à allure libre et en semi autosuffisance sont proposées sur un terrain varié de pistes et de sentiers, sur une distance de 25 km, 49 km et 80 km, avec un dénivelé positif respectif de 1 000 mètres, 2 200 mètres et 3 500 mètres. La 4e course, “le Défi des Balcons d’Azur , cumule, elle, les 25 km et les 80 km pour un dénivelé total de 4 500 mètres, et permet de gagner des points pour l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. “Notre trail est assez sportif avec un terrain plutôt accidenté, de forts dénivelés et une chaleur parfois très forte. Mais c’est aussi une expérience unique car nous sommes la seule course qui se déroule dans le Massif de l’Estérel. La renommée de ce trail est telle que nous sommes d’ailleurs complets à chaque édition. Nous avons, chaque année, 1 200 traileurs originaires en grande partie de la région, mais aussi de toute la France et même du monde entier, avec une dizaine de nationalités représentées” explique Laurent Gourmaud, qui accompagne Philippe Cordero président de l’association CG Sport Event, organisatrice de l’événement.

Un parcours encadré
Organiser une course dans le Massif de l’Estérel requiert toutefois certaines exigences en raison de la fragilité de cet immense massif forestier constitué de roches volcaniques rougeâtres qui surplombe la mer Méditerranée. Pour ce faire, les organisateurs sont obligés de travailler avec l’ONF qui gère cette forêt communale. “La zone étant très protégée, l’ONF nous impose un nombre limité de participants, soit 600 le samedi et 600 le dimanche. De même, la course ne peut se faire que sur les sentiers balisés. On refait d’ailleurs, chaque année, avec l’ONF le tracé du parcours en fonction des plantations ou travaux qui sont parfois effectués. De même, on ne distribue pas de gobelets en plastique sur le parcours, chaque trailer doit avoir son gobelet personnel. On réfléchit même pour les années à venir, à supprimer les bouteilles d’eau et à les remplacer par de grands bacs d’eau aménagés le long de la course qui seront mis à disposition des traileurs. A la fin du trail, on assure également le nettoyage des parcours pour assainir le site, et on fait un don à l’ONF, à hauteur d’1€ par participant, soit 1 200 € qui sont reversés pour restaurer les restanques ou faire des plantations au sein du Massif” explique Laurent Gourmaud.

Outre le Parc de l’Esterel, les organisateurs doivent également signer des conventions avec les Départements du Var et des Alpes-Maritimes (la course se fait sur les deux départements) ou encore avec la zone Natura 2000.

Un partenariat public-privé
Mais c’est surtout avec la Ville de Mandelieu-la-Napoule où se font le départ et l’arrivée de la course, que la collaboration est la plus étroite. Plusieurs services municipaux participent ainsi activement à l’organisation de l’événement. A l’instar du Service des sports qui coordonne la course avec  agents municipaux mis à disposition mais également le Service technique avec le prêt de matériels pour assurer la logistique (camions pour déposer le ravitaillement, minibus pour le transport des bénévoles, tables et chaises, barrières, peintures, coupes, plateaux repas pour les bénévoles…). La police municipale est également sollicitée pour assurer la sécurité au départ de la course, ainsi que le Service communication de la Ville qui va mener plusieurs actions : affichage en 4X3 dans les abris-bus, pose de kakémonos, articles dans le journal municipal, sur le site web de la ville…
Au final, l’aide logistique et promotionnel de la Ville est valorisée à hauteur de 8 000 €.
Reste que le budget global de la course s’élève à 65 000 € en raison des nombreux postes de dépenses : nuitées d’hôtels pour les prestataires (médecins et infirmiers), location de véhicules, ravitaillements, aménagement du village, chronométrage de la course, remise des dossards, promotion de l’événement (via la réalisation de vidéos et de photos promotionnelles)… Les recettes se font essentiellement grâce aux inscriptions des traileurs (barême d’1€ le km). Le Département du Var accorde également une subvention de 2 000 € et les sponsors apportent une aide technique comme Intersport (remise des lots, balisage de la course), l’agence 6e Sens (communication) et le Château de Bégude (communication). A noter également que la course ne pourrait avoir lieu sans l’engagement des 150 bénévoles (associations sportives locales, pompiers, habitants…) déployés à diverses tâches comme la signalisation, le ravitaillement, le chronométrage…

Valoriser les sports de pleine nature en PACA
Avec 1 200 participants, le trail des Balcons d’Azur génère forcément des retombées touristiques et économiques sur le territoire. Une enquête faite auprès de 200 participants avait révélé que 61 % d’entre eux étaient logés à l’hôtel, 30 % en camping et 62 % prenaient au moins deux repas à l’extérieur. Mais c’est surtout en termes d’images que l’événement revêt une grande importance pour le territoire. En effet, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur mise beaucoup sur l’événementiel sportif et le développement des sports de plein air pour dynamiser la destination et attirer de nouvelles clientèles touristiques. C’est d’ailleurs le cas de Cannes, ville limitrophe de Mandelieu la Napoule, qui s’est donnée pour objectif de devenir la “capitale du sport en plein air” via l’aménagement d’équipements sportifs notamment connectés. Des équipements similaires (aire de fitness Airfit connectée, parcours sportifs VTT-rando) sont d’ailleurs en projet à Mandelieu. Laurent Gourmaud qui a également en charge le développement du sport nature au service des sports de la Ville de Mandelieu, travaille d’ailleurs sur ces dossiers. “Nous avons tous les atouts en main pour devenir un spot de référence des sports de pleine nature. Le trail est d’ailleurs une activité en plein essor sur lequel mise beaucoup la Région” conclut-il.

PACA, destination de trails
Grâce à son environnement montagneux, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur est une destination idéale pour les amateurs de trails. Quatre stations de Trail® ont d’ailleurs été créées sur le territoire : dans le Parc des Ecrins (18 randos-trail), dans la vallée de la Vésubie (13 randos-trail), au cœur du Géoparc de Haute-Provence (4 randos-trail) et dans les gorges du Verdon (7 randos-trail). Dédiées à 100 % au trail, ces stations qui sont au nombre d’une trentaine en France, proposent des parcours, des services et des outils à destination des débutants et des passionnés. Chaque station propose des parcours balisés, un espace d’entraînement mais aussi un point d’accueil (Office de tourisme) pour la présentation des parcours et pour bénéficier de conseils. La station est ainsi rattachée à un territoire désireux de faire découvrir ses plus beaux paysages et ses meilleurs parcours.

Trail des Balcons d’Azur, vitrine de l’outdoor de la destination

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *