En collaboration avec l’association Entre-Temps Escalade, devenue la gérante du site, la Métropole du Grand Besançon vient de construire une salle artificielle d’escalade de niveau international. Premier équipement sportif de la Métropole, il va notamment contribuer à développer la discipline sur le territoire.

Le Grand Besançon se distingue notamment par son patrimoine naturel exceptionnel, qui offre un large panel d’activités de pleine nature. La pratique de l’escalade en salle est un élément clé de formation à la pratique de l’escalade sur voies naturelles. C’est également une pratique à part entière qui entre dans le champ des activités de plein air, que la Métropole souhaite promouvoir. Ainsi, cet équipement s’inscrit comme une référence dans l’animation d’un réseau de sites incluant notamment les falaises de l’agglomération.
Le site retenu est celui du pôle sportif de Montrapon à Besançon, à proximité directe des installations accueillant déjà le haut niveau, favorisant les synergies lors de l’organisation d’importants évènements.

Une structure composée de 10 000 prises
L’espace de grimpe bénéficie d’une surface au sol de 1 000 m² et permet de développer des voies sur plus de 1800 m² dans les trois disciplines, qui seront olympiques dès les Jeux de Tokyo l’été prochain : la vitesse, le bloc et la difficulté. “Cette surface est divisée en trois zones principales : un mur de vitesse homologué par l’IFSC (fédération internationale d’escalade) avec 2 couloirs de 16 m de hauteur avec un dévers de 5 % et composés de 62 prises chacun, mais aussi un espace de blocs, d’une soixantaine de voie (avec des tapis de réception de 40 cm d’épaisseur), répondant lui aussi aux critères internationaux et, enfin, un mur de difficulté de niveau national, offrant 18 mètres de haut et un potentiel de 55 voies. De plus, deux zones d’initiation favorisent la pratique auprès des débutants et des personnes en situation de handicap. En effet, ces dernières ont accès à un mur de 6 m de large et 7 m de haut avec une partie basse et une partie haute, avec des degrés divers de déclinaison” décrit Jael Boiteux, chargé d’opération à la Métropole du Grand Besançon.
Enfin, le site dispose d’un mur de bloc extérieur couvert, d’une dimension de 5 m de haut et d’environ 20 m de large.

Les caractéristiques de l’éclairage
La salle d’escalade est équipée de luminaires LED, avec un système composé de 8 circuits différents. L’éclairage au sol et sur les murs de grimpe (mur de compétition) atteint les 900 lux à 100 %. Le système est équipé d’un convertisseur permettant de programmer des niveaux d’éclairement en fonction des types de compétition :
800 lux pour les compétitions internationales et nationales ;
500 lux pour les entraînements et compétitions régionales ;
300 lux pour l’utilisation scolaires et les associations ;
150 lux pour les interventions techniques (ménage, entretien, dépannage…).
Pour les scolaires, seules 4 commandes sont accessibles à des niveaux préprogrammés pour leurs zones. Le reste des commandes sont non accessibles au public et sont gérées par l’association. De plus, l’éclairage d’appoint par des projecteurs LED évite les zones d’ombre en dévers.

Une salle gérée par une association
Assez rare pour être soulignée, la gestion de l’équipement a été confiée à l’association Entre-Temps Escalade afin que le site bénéficie de son expertise : la convention d’occupation du domaine public est complétée par une convention d’objectifs et de moyens qui engage l’association Entre-Temps Escalade dans la poursuite de son projet qu’elle met en œuvre depuis plus de 15 ans. C’est à dire promouvoir et développer ses activités auprès du plus grand nombre, particulièrement auprès des publics éloignés. “Ce choix de gestion a été décidé dès le départ du projet et cette solution a semblé la plus efficace pour toutes les parties prenantes. Nous assumons les frais d’entretien (notamment les fluides) et nous nous appuyons sur une équipe de 8 personnes pour s’occuper de cette salle qui est ouverte tous les jours, avec notamment un responsable, du personnel d’accueil et une équipe d’éducateurs diplômés d’Etat. De plus, environ toutes les semaines, ces derniers se chargent de modifier les voies afin, qu’environ tous les 6 mois, l’ensemble des voies soient renouvelées et ainsi éviter la monotonie pour les pratiquants” explique Eric Simon, président d’Entre-Temps Escalade. Par ailleurs, cette nouvelle installation accueille un second club résident : le Club Alpin français, association affiliée à la fédération française des clubs alpins et de montagne, regroupant une vingtaine de sections (alpinisme, randonnée, canyoning, VTT, escalade…). Le Club Alpin Français dispose de 75 m² pour son siège social ainsi que d’un espace de stockage de 30 m². Enfin, le CAF bénéficie également de l’accès à la salle de réunion mutualisée.

Un équipement pour tous les publics
Bien évidemment, la salle est utilisée par les 500 membres de l’association Entre-Temps Escalade et les 500 licenciés du Club Alpin français. Pour les premiers, le coût est de 100 euros pour le trimestre ou 390 euros à l’année (sans compter l’adhésion annuelle de 25 euros par personne). Des cours particuliers sont également possibles au prix de 35 euros/h. Par ailleurs, des espaces d’initiation en moulinette permettent aux élèves des établissements scolaires de maîtriser les premières techniques. Le coût de participation demandé aux établissements est inférieur à 1 euro/élève, suite aux accords mis en place avec la Collectivité et le Conseil départemental.
La salle se veut aussi être un espace de compétition afin d’accueillir des manifestations jusqu’au niveau international. Pour cela, la salle permettra l’accueil de spectateurs dans les conditions de sécurité fixées par la réglementation des Etablissements Recevant du Public (ERP) et dans les meilleures conditions requises pour les compétiteurs et le public. Le parti pris a été de ne pas générer de surfaces ou volumes supplémentaires pour cet accueil de public qui restera ponctuel dans le fonctionnement de l’établissement. “Ainsi, afin de limiter les coûts de construction et les coûts de fonctionnement de l’équipement, le choix s’est porté sur une modularité des blocs de grimpe. Une des structures centrales peut être retirée en enlevant les 4 panneaux qui la composent afin d’installer des chaises ou une tribune provisoire. La jauge maximale est de 685 personnes” ajoute Nuno Luis, chef de secteur à la direction des sports.
Enfin, cette salle doit être un élément structurant pour l’attractivité touristique afin d’attirer les amateurs d’escalade aimant grimper dans des salles aux caractéristiques différentes de celles de leur club. Cette pratique est aussi bien recherchée dans le cadre de sorties organisées par les clubs que par des petits groupes de grimpeurs ou des familles. Dans ce cas, l’entrée unitaire est de 13 euros.

Un investissement à la hauteur des ambitions du territoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *