La commune de Tignes vient de construire un nouveau terrain de football en gazon naturel. Situé à 2160 m d’altitude, c’est le plus haut terrain d’Europe. Opérationnel en juin prochain, plusieurs équipes professionnelles sont déjà intéressées pour venir en stage s’entraîner.

Station renommée pour son caractère sportif, Tignes est historiquement un haut lieu de l’entraînement professionnel tant au niveau national qu’international. Ce constat n’est pas seulement valable pour le ski, mais également pour plusieurs sports collectifs. En effet, durant chaque intersaison, la collectivité accueille une quinzaine d’équipes de clubs professionnels de football et de rugby, mais également certaines équipes nationales durant des stages d’une à deux semaines. “Suite à l’installation d’un Club Med sur l’emplacement de l’ancien terrain de football en gazon naturel, nous avons dû en construire un autre ailleurs. Désormais, il est au-dessus de la station, à 2160 m d’altitude, avec une vue magnifique sur les montagnes, ce qui en fait le plus haut terrain d’Europe. Disposer d’un terrain de haut-niveau est important pour la dynamique sportive de Tignes, notamment afin d’asseoir notre notoriété. Outre les clubs professionnels, nous accueillons aussi plusieurs stages de jeunes” argumente Franck Malescour, adjoint en charge des travaux à la Mairie de Tignes.

Le déroulement des travaux
Lors de l’été 2017, le terrassement a été réalisé à l’aide de la terre déjà présente sur le site. Au mois de juin dernier, après la fonte de la neige, la société Coseec s’est chargée de la construction du terrain : “Dans un premier temps, nous avons apporté plus de 3 500 tonnes de terre végétale avec un amendement organique, mélangée avec un sable siliceux 0/2, afin notamment de faciliter le drainage. Après avoir nivelé au laser avec une pente en toit, nous avons installé un système de drainage standard : deux drains collecteurs sur les côtés et des fentes de suintement de 7 cm de large, tous les mètres dans la longueur du terrain. Le système d’arrosage est composé de 35 arroseurs (modèle 8005 de Rain Bird) alimentés grâce à une colonne d’eau avec un surpresseur, situés dans un chalet afin de garantir une pression constante. Pour la pelouse, c’est un gazon de placage de la société Covergarden qui a été retenu. Il mesure 3,5 cm d’épaisseur afin qu’il souffre le moins possible et s’enracine rapidement” décrit Adrien Vabre, directeur commercial de l’entreprise Coseec. Par ailleurs, la société Metalu Plast a fourni les pare-ballons et les cages de football. Pour ces dernières, c’est le modèle Millennium Star en aluminium avec filet intégré qui a été choisi. Comme beaucoup de communes de montagne le font pour diverses structures sportives (terrain, courts de tennis…), tous ces équipements seront démontés en automne et remontés au mois de juin par les services techniques de la Ville (environ une semaine pour chaque opération).

Une gestion externalisée du terrain
Dès la fin des travaux, début octobre, une fertilisation spécifique a été mise en place par Coseec, qui gère le terrain durant la première année suite aux travaux, avec notamment 225 kg d’engrais avec beaucoup de potasse afin de préparer la pelouse pour la période hivernale. Concernant la tonte, le terrain n’étant pas toujours très accessible, le choix s’est porté sur un robot de tonte : Coseec s’est chargée de la mise à disposition de la machine (modèle Big Mow de chez Belrobotics avec une largeur de coupe de 1 m) qu’elle commercialise en France depuis plusieurs années), gère la programmation (passage quotidien jusqu’aux premières chutes de neige) et l’entretien de la machine. De la même manière, la gestion de l’arrosage est centralisé et connecté, avec une gestion à distance selon la pluviométrie. Durant la période hivernale, un film de protection est installé afin de protéger le gazon, comme l’explique Adrien Vabre : “c’est un voile non tissé permettant de protéger le gazon contre le gel. C’est une technique qui a déjà été utilisée dans le passé par les services de la commune sur un autre terrain de sport. L’avantage c’est une meilleure résistance du gazon contre le stress hivernale, une diminution de la pourriture et de la fusariose hivernale. Le risque peut être de mettre le film trop tôt et de faire jaunir le gazon surtout avec la météo exceptionnelle que nous avons en ce début d’automne. Il sera donc mis juste avant les premières neiges. Au printemps il aura également une action de voile de forçage permettant d’enlever tous les déchets qui auraient pu être amenés par la neige”. Par ailleurs, à la fin du printemps prochain, plusieurs opérations seront nécessaires afin de préparer la pelouse. “Dans un premier temps, nous enlèverons le film de protection installé afin de protéger le gazon durant l’hiver. Puis, le sol sera décompacté et aéré pour permettre à l’eau de s’évacuer et réchauffer le sol pour activer les micro-organismes. Un sablage et une fertilisation azotée seront également à prévoir rapidement” ajoute le directeur commercial.

Au total, le coût annuel de gestion du terrain pour un an est de 15 000 euros HT, comprenant les tontes, les fertilisations et les différentes opérations mécaniques. “N’ayant pas les ressources internes pour effectuer cet entretien, nous lancerons un marché d’appel d’offres pour continuer à l’externaliser à la fin de la première année” conclut Franck Malescour.

Un nouveau terrain de haut-niveau pour Tignes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *